Mon Dernier Rapport Sexuel: “C’etait avec un copain de mon mec…”

En 2019, nous avons decide d’interroger des femmes, comme vous, comme moi, afin qu’elles nous racontent leur soir rapport sexuel. Pour Virginie, 31 annees, j’ai ete avec Raphael, celui qui s’apprete a i?tre son amant. Et ca s’est passe comme ca.

C’etait le 7 fevrier, votre jeudi, tard dans la nuit. Et c’etait avec Raphael*, l’ami d’un ami tout d’un ami… Pour etre plus precise, j’ai rencontre votre garcon au cours de la soiree Il existe votre an deja, chez Fabien*, votre copain du mec. Raphael est un ami d’enfance de Fabien, donc nous le voyons souvent. J’ai toute premiere fois que nous avons discute, c’etait en “contre-soiree” dans la cuisine. Je m’en souviens tres beaucoup. Cela venait de lire Sapiens, une breve histoire de l’humanite. Il avait un air intello qui me seduisait pas mal. Je buvais ses paroles. Au fil d’une soiree, j’ai beaucoup cherche sa presence, sans grande arriere-pensee, disons que j’aimais bien discuter avec lui. Evidemment, mon mec etait la – on est ensemble avec trois ans – mais je ne culpabilisais jamais. Je n’en etais gui?re a votre stade.

“En acceptant ce rendez-vous avec lui, j’avais bien conscience de flirter avec les limites”

Notre relation a demarre dans Messenger. Apres une telle premiere rencontre, nous avons nombre echange. Titres de bouquins a lire, faits d’actualite… Un peu de blagues d’ailleurs un peu des vies aussi. En parallele, on semble s’i?tre recroise des fois en soiree. Exaltes, animes, nous poursuivions des conversations dans l’existence reelle, un peu hors un moment.

J’ai fini via ressentir un empressement a me connecter, a lui parler. Une certaine tension semble s’i?tre installee. Une peur aussi, de notre part a tous nos deux, puisqu’il est egalement en couple. Il existe eu des semaines de silence, simple mesure de precaution. Mais le silence, en realite, ne fera qu’entretenir le desir. Pire, il le decuple: on sait pourquoi on se tait, on se tait parce qu’on ne devra pas craquer, parce qu’il sera plus sage de s’eloigner, aussi on y pense d’autant plus, on se demande s’il faut, ne faudrait jamais. Un jour, debut fevrier donc, Raphael m’a envoye un message afin que l’on prenne 1 verre l’ensemble des 2. J’ai beaucoup hesite. J’essayais de me convaincre que votre rendez-vous pouvait tout a fait etre votre rendez-vous en “tout bien tout honneur”. Mais puisque je n’en ai jamais touche commentaire a mon mec, puisque j’avais bien conscience de flirter au milieu des limites, j’ai compris que je filais un mauvais (ou bon ?) coton.

“j’etais dans du bonheur en couchant avec lui, un ravissement reellement cerebral”

J’ai accepte, parce que j’avais le desir. Bien entendu, un leger sentiment de culpabilite m’a envahie. Neanmoins, leger. Tres leger. Face a Raphael, j’ai oublie. J’etais bien, detendue, dans un monde qui me convenait tout a fait. Nous avons passe la fi?te a discuter de bien et de rien, jusqu’a ce que je monte chez lui. Sa cherie n’etait gui?re la. Nous tremblions. L’emotion, l’envie, le “juste avant”. Nous ne nous sommes gui?re sautes dessus. Il n’y avait rien de bestial dans votre premier rapport. C’etait plutot un rapport “de debutants”, parce que nous etions frileux. Non jamais a cause de notre ecart et de cette foutue etiquette “infideles”, mais parce que nous nous sentions tellement connectes que nous ne voulions pas foirer ce premier contact. C’etait elegant, magique et bon. J’ai pris du ravissement et lui aussi. Un plaisir reellement cerebral j’ai le desir de dire.

Je n’ai gui?re aime la fin du rapport, le saut dans la realite. Il est presque minuit, j’avais dit a mon mec que je voyais des potes. J’me suis rhabillee en vitesse, j’ai pris un taxi. Durant le trajet, j’etais partagee, totalement bancale. Je venais de perdre un merveilleux moment et en meme temps, j’etais degueulasse, gui?re sympa, irrespectueuse. J’ai en gali?re dormi. C’est un de mes pires souvenirs. I§a ou l’on se couche a cote de l’etre adore en se demandant votre que l’on a fait, en culpabilisant mais surtout, en culpabilisant de ne pas tant culpabiliser, parce qu’une part de notre corps – ainsi que notre c?ur – sera alors vautree dans d’autres draps…

“j’suis amoureuse de mon mec mais j’aime la parenthese que m’offre Raphael”

Je ne sais dire De quelle fai§on, mais ma culpabilite s’est evanouie assez rapidement. Quelques temps apres notre etreinte, Raphael et moi avons repris les discussions en ligne. Nous ne sommes jamais revenus via notre rapport, mais il est la au sein d’ les esprits. Ce que j’ai adore, c’est que bien est “normal”. Si apres l’amour, j’ai eu des difficultes a retomber dans la realite car celle-ci est synonyme de “mon couple, mon mec”, claque de discuter avec Raphael comme si bien est logique, gui?re si grave et ordinaire, m’a reconciliee avec la realite. Etre en couple et frequenter Raphael : 2 realites qui s’epousaient clairement a faire mes yeux et formaient ma realite.

Je suis amoureuse de mon mec, j’ai envie avancer le plus loin possible avec lui, j’adore les moments que nous passons ensemble, notre regard commun i  propos des choses, les mecs, le taf, la vie, les voyages et le quotidien, mais j’aime la parenthese que m’offre Raphael, j’aime J’ai teneur de nos conversations, j’aime ses cheveux mal ranges, sa voix un brin grave, la musique qu’on ecoute et les doutes que l’on partage a se repeter que l’on fait “une aussi connerie ensemble”, ce qui ne fait que renforcer notre complicite et notre desir.

“J’ai simplement l’impression d’avoir eu mon alter ego”

Pour l’instant, nous nous sommes revus un coup afin d’effectuer une balade. Aucune sexe. La seule amie a qui y’en a parle deniche ca etrange. Pour elle, si nous ne cherchons nullement a nous voir Afin de coucher, c’est qu’on reste au-dela de l’infidelite, c’est qu’on reste dans un schema amoureux qui petit a petit va nous conduire a quitter nos partenaires respectifs. Franchement, je n’en sais rien sites de rencontres europГ©ens de l’est femmes libres Г  la recherche d’hommes. C’est vrai que je ne me sens nullement infidele. J’ai plutot l’impression d’avoir rencontre mon alter ego, avec qui je ne me projette pas au quotidien, mais que j’ai besoin d’observer, de toucher, d’ecouter. En parler me fait mal au bide. Et en parallele, je prends toujours autant de ravissement avec mon mec, de jour comme de nuit, parce que ca n’a rien a voir, parce que c’est nouvelle chose, c’est une construction.

Je sais que Raphael est occupe i  devenir mon amant, parce que j’suis prete – et meme enthousiaste – a mener cette double life. Parce que j’ai le desir de faire l’amour avec lui. Parce qu’il sera mon secret. Voila, c’etait le soir rapport sexuel.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *